Champagne Poker Club
"Le jeux doit rester un plaisir, protégez votre portefeuille et ceux que vous aimez". www.addictel.com

Champagne Poker Club

Le Champagne Poker Club ouvre ses portes pour sa deuxième année à Reims, créé par des passionnés, pour des passionnés! Venez nous rejoindre!
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Répondre au sujetPartagez | 
 

 Règles Générales des tournois de la Ligue Française de Poker

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
EXOCET
Président
avatar

Messages : 58
Date d'inscription : 10/07/2015

MessageSujet: Règles Générales des tournois de la Ligue Française de Poker   Dim 4 Oct 2015 - 15:29

Règles Générales des tournois
de la Ligue Française de Poker

SOMMAIRE
1- LES REGLES GENERALES :
LA REGLE D’OR
LE FLOOR
LES RECLAMATIONS
LES MINEURS
LE TIRAGE AU SORT
LES PERSONNES HANDICAPEES
LA MASSE TOTALE DES JETONS
2- LA DONNE :
LES CROUPIERS OU LES DONNEURS
LE MELANGE DES CARTES
LES REPETITIONS DE FAUSSES DONNES
LES CARTES RETOURNEES
LES CARTES TOMBEES DE LA TABLE
LA CARTE MORTE MELEE A LA MAIN
LES FAUSSES DONNES GENERALES
LES CARTES FLASHEES
LES CARTES A L’ENVERS
LES JOKERS
LE PAQUET IRREGULIER
LES ACTIONS APRES UNE FAUSSE DONNE
LES ACTIONS SUBSTANTIELLES
LES CARTES DES JOUEURS ABSENTS
LES RETARDS ET ENREGISTREMENTS TARDIFS
LES CARTES ET LES JETONS DES
RETARDATAIRES
LES CARTES ET LES JETONS DES JOUEURS
LEVES DE TABLE
LE FLOP SANS CARTE BRULEE
LE FLOP AVEC DEUX CARTES BRULEES
LE FLOP A QUATRE CARTES
LA TURN OU RIVER SANS CARTE BRULEE
LE FLOP PREMATURE
LA TURN PREMATUREE
LA RIVER PREMATUREE
LES BOARDS PREMATURES
LES ACTIONS APRES UN FAUX BOARD
LES CHANGEMENTS DE CARTES
3- LES CARTES MORTES :
PASSER
LA MAIN JETEE INDISCERNABLE
LA MAIN JETEE DISCERNABLE
LA MAIN TUEE
LES APPAREILS DE COMMUNICATION
LES DELAIS ET LE TEMPS
LES ABUS SUR LES DELAIS
4- LES CARTES DEVOILEES
ANNONCER OU EXPOSER SA MAIN
EXPOSER SA MAIN AU MILIEU DE LA TABLE
5- LES RECAVES ET LES ADD-ONS :
LE FREEZOUT
LES RECAVES
LE DELAI DE RECAVE
LES ADD-ONS
LE CUMUL RECAVE ET ADD-ON
6- LES BLINDS ET LES CHANGEMENTS DE PLACES :
LA MONTEE DES BLINDS
QUAND COMMENCE UNE NOUVELLE MAIN
LE BOUTON MORT
LE GROS BLIND AVANCE TOUJOURS
LE DROIT AU BOUTON
L’ORDRE DE FERMETURE DES TABLES
LA DIFFERENCE FERMETURE-EQUILIBRAGE
L’ECART MINIMUM POUR EQUILIBRER
LE JOUEUR CHOISIT POUR EQUILIBRER
LE JOUEUR DEPLACE POUR EQUILIBRAGE
LE JOUEUR DEPLACE POUR FERMETURE
L’EXEMPLE DU JOUEUR ENTRE BOUTON ET
PETIT BLIND
L’EXEMPLE DU BOUTON QUI PASSE
L’EXEMPLE DU PETIT BLIND QUI JOUE
L’EXEMPLE DU BOUTON QUI JOUE
LE JOUEUR DEPLACE JOUE DE SUITE
LE PETIT BLIND ABSENT
LE DONNEUR ABSENT
LE BOUTON EN TETE A TETE
LE PASSAGE EN TETE A TETE
7- LES ACTIONS ET LES RELANCES :
LES ACTIONS DEBOUT
MISER A MI-CHEMIN
LA PAROLE ENGAGE LE JOUEUR
LES PAROLES ET ACTIONS NON OFFICIELLES
LES ACTIONS MAL COMPRISES
TAPER SUR LA TABLE
JOUER IN THE DARK
LA MISE MINIMUM
LA RELANCE CORRECTE
LE MONTANT TOTAL
LA RELANCE MINIMUM
LE TAPIS PREFLOP INFERIEUR AU GROS BLIND
LE TAPIS PREFLOP INFERIEUR A LA RELANCE
MINIMUM
LE TAPIS POSTFLOP INFERIEUR AU GROS BLIND
LES MISES INSUFFISANTES AVEC ANNONCE
VERBALE
LES MISES INSUFFISANTES SANS ANNONCE
VERBALE
LES MISES INSUFFISANTES EN SERIES
LE POT COMPLET
LE DROIT A LA SUR-RELANCE
UN JOUEUR OUBLIE SANS ACTIONS
SUBSTANTIELLES
UN JOUEUR OUBLIE AVEC ACTION
SUBSTANTIELLE
DEUX ACTIONS SIMULTANEES
NE PAS JOUER A SON TOUR
LE STRING-BET
COMPTER LES JETONS
LA REGLE DU JETON UNIQUE
LA REGLE DES JETONS MULTIPLES IDENTIQUE
8- L’ABATTAGE (ou SHOWDOWN) :
LA REGLE DU SHOW ONE SHOW ALL
MONTRER UNE SEULE CARTE
L’ORDRE D’ABATTAGE DES MAINS
LES MAINS A TAPIS
LE DROIT DE CACHER UNE MAIN PERDANTE
LE DROIT DE CACHER UNE MAIN GAGNANTE
LE DROIT DE VOIR LES CARTES A L’ABATTAGE
LES MALENTENDUS A L’ABATTAGE
LA MAIN GAGNANTE A L’ABATTAGE
PROTEGER LA MAIN GAGNANTE
LA MAIN GAGNANTE TUEE
LE VAINQUEUR INDEFINI
LE JETON SUPPLEMENTAIRE
LES PARTAGES MULTIPLES
LES JOUEURS SORTANTS
DEUX SORTANTS SIMULTANES
ANNONCER LES ERREURS
9- L’EFFET RETROACTIF :
LA FIN D’UNE MAIN
LA FIN D’UN TOUR D’ENCHERES
LES JOUEURS ASSIS A LA MAUVAISE PLACE
10- LE CHIP RACE :
LA PLACE N°1
LA DISTRIBUTION DES CARTES
LE NOMBRE DE JETONS SUPERIEURS
LA HIERARCHIE DES CARTES
UN JETON SUPERIEUR AU MAXIMUM
ON NE PEUT ETRE ELIMINE PAR UN CHIP RACE
LES JETONS INFERIEURS TARDIFS
11- SUR LA TABLE :
LES CARTES VISIBLES
LES JETONS VISIBLES
LES JETONS LISIBLES
LES OBJETS DIVERS
12- L’ETHIQUE :
LE RESPECT
SE TAIRE HORS DU COUP
LE RABBIT HUNTING
GENER LE TOURNOI
LA LANGUE UTILISEE
COMMUNIQUER AVEC UN APPAREIL
SOUS JOUER OU PASSER DES JETONS
DEVOILER UNE MAIN PASSEE
13- LES SANCTIONS :
LA HIERARCHIE DES SANCTIONS

1. LES REGLES GENERALES :
1.1. LA REGLE D’OR.
Le directeur de tournoi et ses assistants se réservent le droit de sanctionner toute
action nuisant selon eux au bon déroulement du tournoi ou au confort de ses
participants. Ils se basent pour se faire sur leur propre jugement en utilisant le
bon sens et la justice comme critères prioritaires de leurs décisions. Pour
respecter ces critères, certaines circonstances particulières peuvent parfois
imposer aux responsables de prendre une décision allant à l’encontre des règles
écrites. Les décisions du directeur de tournoi sont définitives et sans appel.
1.2. LE FLOOR.
Il est composé d’un Directeur de Tournoi (TD), d’assistants (Floor Manager) et, le
cas échéant, d’un animateur. Ce dernier commente les coups en direct et annonce
l’organisation du tournoi (augmentation des blinds, les pauses, etc.). En cas
d’absence d’animateur, ce rôle est dévolu au TD.
Aucun de ces membres ne peut participer en tant que joueur aux tournois qu’ils
sont censés arbitrer selon la règle que l’on ne peut être à la fois juge et partie.
1.3. LES RECLAMATIONS.
Le fait de s’inscrire à un tournoi implique de la part des participants une
acceptation tacite de l’ensemble des règles écrites et de toutes les décisions qui
seront prises par le directeur de tournoi et par ses assistants. Aucune réclamation
envers un organisme extérieur ne sera ainsi recevable.
1.4. LES MINEURS.
Aucun mineur ne peut accéder à une salle de tournoi.
1.5. LE TIRAGE AU SORT.
En début de tournoi, les places sont tirées au sort, quelle que soit la méthode
employée (tickets, logiciel, etc.). Sont aussi retirées au sort : les places en début
de journée suite à la fusion de deux journées antérieures et les places en table
finale. Tout autre tirage au sort des places (trois dernières tables ou autre) est
facultatif devra être précisé sur le règlement du tournoi en question.
1.6. LES PERSONNES HANDICAPEES.
Toutes accommodations par rapport à l’organisation officielle pourront être prises
par les managers pour favoriser le confort des personnes handicapées.
1.7. LA MASSE TOTALE DES JETONS.
Les joueurs reçoivent une quantité identique de jetons (la « cave ») et le tournoi
se termine quand un seul joueur possède tous les jetons.
2. LA DONNE :
2.1. LE TIRAGE AU SORT DU BOUTON.
Le bouton (ou premier donneur) est déterminé soit par tirage au sort avec les
cartes, soit même par le tirage au sort des places (le premier donneur ou bouton
étant simplement le joueur assis à la place n°10 par exemple).
2.2. LES CROUPIERS OU LES DONNEURS.
Les croupiers mélangent et donnent les cartes sans intervention des joueurs. Sans
croupier, ce sont les joueurs qui donnent les cartes à tour de rôle. Dans ce cas un
joueur ne peut en aucun cas être désigné pour être donneur permanent. Il peut à
nouveau y avoir un ou plusieurs croupiers lors des tables finales. Dans ce cas, le
croupier ne devra EN AUCUN CAS être membre d’un club représenté à la table où
il officie. Le règlement qui s’appliquera redeviendra alors celui du tournoi avec
croupiers.
2.3. LE MELANGE DES CARTES.
Le mélange des cartes est obligatoire. Sans croupier c’est le donneur qui mélange
les cartes et les propose à couper à son voisin de droite (le cut-off). Ce dernier est
obligé de couper et doit laisser au moins 3 cartes dans chaque tas.
2.4. LES REPETITIONS DE FAUSSES DONNES.
Dans le cadre d’un tournoi sans croupier, toute répétition exagérée de fausses
donnes, d’erreurs ou de cartes retournées par un même donneur sera
sanctionnée.
2.5. LES CARTES RETOURNEES.
Une carte retournée est obligatoirement morte si cela est du fait du donneur ou
d'un mouvement jugé involontaire du joueur. Le joueur concerné ne peut pas
choisir de la garder. La donne continue normalement jusqu’à la fin et une ultime
carte (celle qui devait être la première carte brulée) est donnée au joueur
concerné en échange de sa carte retournée. Cette dernière est placée (toujours
visible) sur le paquet et sera la première carte brulée avant le flop. Une fois
brulée, cette carte est à nouveau jetée face cachée sur la table pour éviter toute
confusion avec le Board. Il est donc tout à fait possible dans certains cas que le
dernier joueur servi (donneur ou bouton) reçoive ainsi deux cartes à la suite.
2.6. LES CARTES TOMBEES DE LA TABLE.
Une carte tombée de la table du fait du donneur ou d'un mouvement jugé
involontaire du joueur pendant la donne est toujours considérée retournée et
morte (même si elle est face cachée au sol et que personne ne l’a vue). Si elle est
tombée du fait du joueur, elle doit être jouée.
2.7. LA CARTE MORTE MELEE A LA MAIN.
Si un joueur mêle une carte morte (retournée par le donneur ou tombée par terre
par exemple) à son autre carte, l’ensemble de sa main est alors considéré comme
morte mais les autres joueurs continuent le coup.
2.8. LES FAUSSES DONNES GENERALES.
Les cas de fausse donne (« miss deal ») :
- La toute 1ère ou 2ème carte est retournée
- Une seconde carte est retournée
- Mauvais ordre de donne
- Nombre incorrect de cartes (sauf si une seule carte en plus est donnée au petit
blind : elle est reprise, dévoilée et sera la carte brûlée)
- Aucune fausse donne ne peut être annoncée sur un acte volontaire d’un joueur :
ce joueur seul sera hors du coup.
2.9. LES CARTES FLASHEES.
Si une carte est annoncée « vue » ou « flashée » malgré le fait qu’elle soit
retombée face cachée, seul son propriétaire peut décider de la refuser en
l’annonçant clairement avant même de la toucher. S’il ne la conserve pas, elle est
considérée comme une carte retournée par le donneur et est effectivement
retournée. S’il a touché la carte avant d’annoncer qu’il la refuse, il doit la garder.
Si (de grès ou de force) le propriétaire d’une carte annoncée « flashée » la garde,
il n’est absolument pas tenu de la montrer. La personne ayant estimé avoir vu la
carte n’est ni tenue ni interdite de dire ce qu’elle a vu ou cru voir. En présence de
croupiers, ces derniers peuvent aussi d’office déclarer une carte « flashée ».
2.10. LES CARTES A L’ENVERS.
Toute carte apparaissant directement face visible dans le paquet (boxed card) doit
être clairement montrée à tous les joueurs puis être mise de côté pour le reste du
coup. Bien que pouvant influencer tactiquement la fin du coup, elle ne doit en rien
modifier la donne et doit être considérée « comme une feuille morte » découverte
au milieu du paquet. Deux cartes à l’envers ou plus créent une fausse donne
automatique si cela arrive pendant la donne initiale. Après la donne initiale, deux
nouvelles cartes à l’envers annulent le coup si des enchères sont encore possibles.
Si plus aucune enchère n’est possible, toutes les cartes à l’envers doivent être
ignorées comme indiqué au début de la règle. Un coup annulé doit être
intégralement rejoué et toutes les mises doivent être rendues à leurs
propriétaires.
2.11. LES JOKERS.
Tout joker apparaissant ou annoncé immédiatement est sans effet, il ne doit en
rien modifier la donne et doit être considérée « comme une feuille morte »
découverte au milieu du paquet. Un joker annoncé tardivement par son
possesseur annule sa main (une main incomplète est toujours considérée comme
morte) mais cela n’annule pas le jeu en cours.
2.12. LE PAQUET IRREGULIER.
Toute irrégularité flagrante découverte dans le paquet pendant le jeu (carte
double, carte manquante, carte différente) annule le coup. Tous les coups
précédents sont validés car définitivement terminés et aucun recours n’est
possible. Un coup annulé doit être intégralement rejoué et toutes les mises
doivent être rendues à leurs propriétaires.
2.13. LES ACTIONS APRES UNE FAUSSE DONNE.
Si des actions substantielles ont lieu avant que la fausse donne ne soit constatée,
le jeu continu tel quel mais uniquement avec les joueurs non concernés
directement par la fausse donne et en l’absence de toute aberration.
2.14. LES ACTIONS SUBSTANTIELLES.
Une action substantielle consiste en deux actions impliquant des jetons (bet, call
ou raise) ou en trois actions en tout.
2.15. LES CARTES DES JOUEURS ABSENTS.
Si un joueur est absent de la table: ses cartes lui sont distribuées mais sa main
est déclarée morte immédiatement à la fin de la donne et avant toute action. Un
joueur doit être assis à sa place lors de la distribution de la dernière carte au
bouton (ou au donneur) pour ne pas voir sa main déclarée morte.
2.16. LES RETARDS ET ENREGISTREMENTS TARDIFS.
Chaque tournoi peut accepter ou non des retards ou des enregistrements tardifs
(late registering). En l’absence de règlement propre, le retard usuel accordé est
de un round au maximum. Les enregistrements tardifs ne sont admis que si un
règlement propre au tournoi le spécifie.
2.17. LES CARTES ET LES JETONS DES RETARDATAIRES.
- S’il s’agit d’un tournoi sans frais de participation : Les retardataires (enregistrés
ou pas) reçoivent des cartes et les blinds leurs sont prélevés. A l’issu du délai
accordé, leurs jetons sont retirés du tournoi.
- S’il s’agit d’un tournoi avec frais de participation réglé à l’avance : Les
retardataires reçoivent des cartes et les blinds leurs sont prélevés jusqu'à la
disparition du tapis ou jusqu'à l’arrivée du joueur.
- S’il s’agit d’un tournoi avec frais de participation et acceptant les enregistrements
tardifs (late registering) : Les retardataires ne reçoivent pas de cartes et
entreront dans le tournoi avec un tapis complet.
2.18. LES CARTES ET LES JETONS DES JOUEURS LEVES DE TABLE.
- Si le joueur n’a rien annoncé ou a annoncé un retour : il reçoit des cartes et les
blinds lui sont prélevés jusqu'à la disparition du tapis ou jusqu'à son retour. Il est
recommandé aux joueurs qui s’absentent longtemps de laisser leur nom aux
managers.
- Si le joueur a annoncé un départ définitif : ses jetons sont retirés du tournoi.
2.18. LE FLOP SANS CARTE BRULEE.
Si le flop est exposé sans carte brûlée :
- Si l'ordre d’apparition des cartes est connu : la première carte du flop est brûlée
et une quatrième vient compléter le flop.
- Si l'ordre d’apparition des cartes est inconnu : le flop est remélangé faces cachées
et un manager tire au sort la première carte brulée (celle avant le flop). Une
troisième carte est rajoutée au flop.
2.19. LE FLOP AVEC DEUX CARTES BRULEES.
Si le flop est exposé avec 2 cartes brûlées :
- Si l'ordre d’apparition des cartes est connu : la deuxième carte brûlée est exposée
comme première carte du flop et la quatrième du flop sera la carte brûlée avant la
turn.
- Si l'ordre d’apparition des cartes est inconnu : le flop est remélangé faces cachées
et un manager tire au sort la deuxième carte brulée (celle avant la turn). Ensuite
les deux premières cartes brulées sont remélangées faces cachées et un manager
tire au sort la première carte brulée (celle avant le flop), l’autre rejoignant le flop.
2.20. LE FLOP A QUATRE CARTES.
Si le flop est exposé avec 4 cartes :
- Si l'ordre d’apparition des cartes est connu : la quatrième du flop sera la carte
brûlée avant la turn.
- Si l'ordre d’apparition des cartes est inconnu : le flop à 4 cartes est remélangé
faces cachées et un manager tire au sort la deuxième carte brulée (celle avant la
turn).
2.21. LA TURN OU RIVER SANS CARTE BRULEE.
Si la turn ou la river est exposée sans carte brûlée : cette carte devient la carte
brûlée et la suivante (la vraie turn ou river) est exposée.
2.22. LE FLOP PREMATURE.
Si le flop est exposé de manière prématurée : le flop seul est repris, remélangé,
puis sera redonné sans carte brûlée (même si une seule carte a été dévoilée).
2.23. LA TURN PREMATUREE.
Si la turn est exposée de manière prématurée : la turn seule est mise de côté
toujours exposée. Une carte est brûlée et la suivante (qui devait être la river) est
exposée en place de turn. Ensuite la carte mise de côté est remélangée au paquet
et une river sera exposée sans brûler de carte.
2.24. LA RIVER PREMATUREE.
Si la river est exposée de manière prématurée : la river seule est reprise,
remélangée puis une river sera exposée sans brûler de carte.
2.25. LES BOARDS PREMATURES. Toute carte prématurée doit être reprise quelle que
soit l’action des joueurs oubliés, même s’ils passent (check ou fold). Dans tous les
cas de cartes du board prématurées, les mises précédant la faute du donneur ne
sont pas annulées.
2.26. LES ACTIONS APRES UN FAUX BOARD.
Si des actions substantielles ont lieu avant que l’erreur dans le board ne soit
constaté, le jeu continu tel quel. Dans la mesure du possible, priorité sera donné à
faire apparaître par la suite les cartes qui devaient réellement arriver. Une action
substantielle consiste en deux actions impliquant des jetons ou trois actions en
tout.
2.27. LES CHANGEMENTS DE CARTES.
Les cartes ne sont pas changées à la demande mais selon une procédure propre
au tournoi ou en cas de détérioration.
3. LES CARTES MORTES :
3.1. PASSER.
Une main est morte sur un mot ou un geste indiquant un abandon mais c’est aux
joueurs suivants de vérifier la bonne interprétation du mot ou du geste. Passer
(ou «folder») oblige aussi à jeter ses cartes faces cachées au milieu de la table de
telle manière qu’elles ne puissent être vues.
3.2. LA MAIN JETEE INDISCERNABLE.
Toute main jetée faces cachées ayant touché une carte morte (le «muck»,
«rebus» ou «ballot») et jugée indiscernable par le croupier est déclarée
irrémédiablement morte. Le joueur ne pourra pas même récupérer ses dernières
mises non suivies ni relancées sauf la partie qui ne pourrait être couverte par ses
adversaires encore en jeu.
3.3. LA MAIN JETEE DISCERNABLE.
Toute main jetée faces cachées n’ayant pas touché les autres cartes mortes et
même jugée discernable par le croupier est déclarée morte. Elle ne peut être
récupérée que dans de rares cas (impliquant une faute adverse et un montant
conséquent) et sur le seul jugement du directeur de tournoi.
3.4. LA MAIN TUEE.
Est morte toute main ramassée ou jetée faces cachées accidentellement par le
croupier ou un autre joueur (rappel : c’est au joueur de protéger ses propres
cartes). Si elle n’a pas touché d’autres cartes mortes ou est jugée discernable par
le croupier, elle peut éventuellement être récupérée dans certains cas (impliquant
un montant conséquent) et sur le seul jugement du directeur de tournoi. Si un
joueur s’est fait prendre son jeu mais que ses dernières mises n’ont pas encore
été ni payées ni relancées, il peut les récupérer.
3.5. LES APPAREILS DE COMMUNICATION.
Est morte la main d’un joueur ayant répondu au téléphone ou ayant communiqué
par l’intermédiaire d’un quelconque appareil. Cette règle étant très diversement
appliquée : il importe à l’organisateur de préciser exactement ses tolérances. En
l’absence de précision, cette règle doit être appliquée.
3.6. LES DELAIS ET LE TEMPS.
Est morte la main d’un joueur ayant dépassé le délai maximum de réflexion.
Après un temps jugé « raisonnable » le joueur a le droit à 1 minute de réflexion,
suivit d’un décompte de 10 secondes supplémentaire. La main est effectivement
morte si le joueur concerné n’a pas agi au moment précis où le manager
commence à la déclarer morte (et non pas au « zéro » par exemple). Ce délai
chronométré peut être demandé (« le temps » ou « time ») par n’importe quel
joueur assis à la table (qu’il soit dans le coup ou non) ou par un manager mais
jamais par le croupier.
3.7. LES ABUS SUR LES DELAIS.
Tout joueur abusant soit des délais, soit de la demande de délais, peut se voir
infliger des sanctions.
4. LES CARTES DEVOILEES :
4.1. ANNONCER OU EXPOSER SA MAIN.
Il est strictement interdit de révéler son jeu (ou une partie de son jeu) en
annonçant ou en montrant sa main avant la fin d'un coup (c'est à dire quand des
joueurs peuvent encore miser). Cela est valable même si le joueur désirant
dévoiler son jeu est le dernier à pouvoir encore miser (l'adversaire étant à tapis).
Cette faute sera sanctionnée après le coup mais la main reste vivante.
4.2. EXPOSER SA MAIN AU MILIEU DE LA TABLE.
Si le joueur qui expose sa main sans aucun commentaire en plein milieu d’un coup
le fait en plus au milieu de la table : non seulement il sera sanctionné après le
coup pour avoir dévoilé son jeu mais son acte sera librement interprétée par les
managers comme un fold ou un call. De manière générale, pour lutter contre ce
type d’attitudes ambigües, les managers prendront une décision protégeant les
intérêts des adversaires de ce joueur et seule la main maximum pourra toujours
justifier un call (tout en maintenant la sanction pour avoir dévoilé son jeu avant la
fin des enchères).
5. LES RECAVES ET LES ADD-ONS :
5.1. LE FREEZOUT.
Un tournoi joué « freezout » (ou « à décave ») ne permet ni recave ni add-on aux
joueurs encore en lice.
5.2. LES RECAVES.
Un tournoi joué avec recaves (« rebuys ») permet aux joueurs de racheter une
cave (et une seule à la fois) pendant un certain nombre de rounds chaque fois
qu'ils se retrouvent à zéro ou en dessous du gros blind en cours. Le nombre de
recaves peut être limité ou non selon le règlement propre au tournoi.
5.3. LE DELAI DE RECAVE.
Une décision de recave doit être immédiate et sans louper aucune main. Si un
joueur annonce qu’il se recave les jetons correspondant sont considérés être
immédiatement devant lui et il doit s’acquitter du montant à payer.
5.4. LES ADD-ONS.
Un tournoi joué avec «add-on» permet à tous les joueurs de racheter une ultime
cave à la fin de la période des recaves et cela quel que soit le montant de leur
tapis (des « doubles add-ons » sont parfois proposés pour le prix d’un simple addon).
5.5. LE CUMUL RECAVE ET ADD-ON.
Une recave et un add-on ne peuvent en aucun cas être cumulés. A la fin de la
période des recaves, deux coups supplémentaires sont joués. Après le premier
coup, un joueur peut se recaver (s'il remplit conditions) et après le deuxième
coup, il ne peut que reprendre un add-on (quel que soit le montant de son tapis).
6. LES BLINDS ET LES CHANGEMENTS DE PLACES :
6.1. LA MONTEE DES BLINDS.
Lors d’un nouveau round, les nouveaux blinds doivent être appliqués si le coup
suivant n’est pas commencé.
6.2. QUAND COMMENCE UNE NOUVELLE MAIN.
Le coup suivant commence au mélange des cartes. En l’absence de croupier le
coup suivant commence au moment de l’attribution du pot.
6.3. LE BOUTON MORT.
Il sera utilisé le système du bouton mort («dead-button») : c’est le gros blind qui
avance systématiquement et entraîne le reste (petit blind et bouton).
6.4. LE GROS BLIND AVANCE TOUJOURS.
Au début de chaque nouveau coup, le gros blind avance systématiquement d’une
place dans le sens des aiguilles d’une montre. Si personne n’est assis à cette
place, il avance encore jusqu'à trouver un joueur. Cette règle est immuable et ne
tolère aucune exception.
6.5. LE DROIT AU BOUTON.
Quelques soient les circonstances, on ne doit jamais enlever à un joueur qui était
de petit blind le coup précédent le droit d’être au bouton (ou donneur) le coup
suivant. Cette règle est immuable et ne tolère aucune exception.
6.6. L’ORDRE DE FERMETURE DES TABLES.
L’ordre de fermeture des tables ainsi que le choix des tables vers lesquelles sont
déplacés les joueurs doivent suivre une procédure préétablie.
6.7. LA DIFFERENCE FERMETURE-EQUILIBRAGE.
Les règles concernant le déplacement des joueurs et leurs conséquences sur les
blinds différent s’il s’agit de déplacements pour équilibrage des tables ou de
déplacements sur fermeture de table.
6.8. L’ECART MINIMUM POUR EQUILIBRER.
Les tables sont équilibrées à partir de 3 joueurs d’écart entre deux tables. Les
organisateurs peuvent librement opter pour équilibrer à partir de 2 joueurs d’écart
en fin de tournoi quand il ne reste plus qu’un nombre prédéfini de tables. Dès
qu’une table en sous-nombre est en droit d’être équilibrée, et sur la demande
d’un seul joueur, la table peux cesser de jouer en attendant l’équilibrage.
6.9. LE JOUEUR CHOISIT POUR EQUILIBRER.
Quand un joueur d’une table doit être déplacé pour équilibrage, on choisit le futur
gros blind.
6.10. LE JOUEUR DEPLACE POUR EQUILIBRAGE.
Un nouveau joueur déplacé pour rééquilibrage doit être assis à la place libre la
plus proche à gauche du gros blind (ou au gros blind si la place est libre) mais ne
peut donc jamais se retrouver au petit blind. En effet même si les deux places
libres sont le petit blind et le bouton : il sera assis au bouton.
6.11. LE JOUEUR DEPLACE POUR FERMETURE.
Un joueur déplacé parce qu’une table a fermé peut se retrouver par le tirage au
sort au bouton, au petit blind ou gros blind une seconde fois de suite (il venait
d’être bouton, petit blind ou gros blind à la table précédente) aucune réclamation
n’est possible.
6.12. L’EXEMPLE DU JOUEUR ENTRE BOUTON ET PETIT BLIND.
Un nouveau joueur qu’on assoit à une place vacante le coup précédent et située à
gauche du nouveau bouton (ou donneur) passe un coup pour respecter le droit au
bouton. Le coup suivant, il peut jouer mais le bouton passe à sa gauche.
6.13. L’EXEMPLE DU BOUTON QUI PASSE.
Un nouveau joueur qu’on assoit à une place vacante le coup précédent et située à
l’emplacement du nouveau bouton (ou donneur) peut jouer immédiatement mais
le bouton (ou la donne) passe à sa gauche (toujours pour respecter le droit au
bouton).
6.14. L’EXEMPLE DU PETIT BLIND QUI JOUE.
Un nouveau joueur qu’ont assoit à une place précédemment occupé par le joueur
au gros blind (et qui vient d’être éliminé) peut jouer immédiatement au petit blind
puisque les deux règles d’avance du gros blind (à sa gauche) et de droit au
bouton (à sa droite) sont respectées.
6.15. L’EXEMPLE DU BOUTON QUI JOUE.
Un nouveau joueur qu’ont assoit à une place précédemment occupé par le joueur
au petit blind (et qui vient d’être éliminé) peut jouer immédiatement au bouton
puisque les deux règles d’avance des blinds (à sa gauche) et de droit au bouton
(le joueur à sa droite a bien été au bouton le coup précédant) sont respectées.
6.16. LE JOUEUR DEPLACE JOUE DE SUITE.
Dans tous les cas possibles, un nouveau joueur à la table reçoit des cartes et joue
immédiatement.
6.17. LE PETIT BLIND ABSENT.
Si le nouveau petit blind est absent (l’ancien gros blind vient d’être éliminé): il n’y
a pas de petit blind. Dans cet exemple et en l’absence de croupier: le nouveau
donneur va donner deux fois de suite car ce ne sont jamais les joueurs aux blinds
qui donnent les cartes.
6.18. LE DONNEUR ABSENT.
Si le nouveau bouton est absent (l’ancien petit blind vient d’être éliminé), le
joueur à droite du bouton bénéficie simplement de la position. Dans cet exemple
et en l’absence de croupier : l’ancien donneur redonne une seconde fois car ce ne
sont jamais les joueurs aux blinds qui donnent les cartes.
6.19. LE BOUTON EN TETE A TETE.
En tête-à-tête il y a inversion : le bouton (ou donneur) mise le petit blind (et parle
en premier avant le flop) et l’autre joueur mise le gros blind (et parle en premier
après le flop).
6.20. LE PASSAGE EN TETE A TETE.
Au moment du passage en tête-à-tête, on applique la règle du « bouton mort » :
le gros blind doit avancer et l’autre joueur devient bouton (ou donneur) même si
cela fait rester le bouton (ou la donne) deux fois de suite sur le même joueur.
7. LES ACTIONS ET LES RELANCES :
7.1. LES ACTIONS DEBOUT.
Un joueur ne peut agir qu’assis. Toute action déclarée debout ne sera pas prise en
considération et tout abus pourra être sanctionné.
7.2. MISER A MI-CHEMIN.
Les mises doivent être faites à mi-chemin du centre et uniquement réunies dans
le pot quand le tour d’enchères est terminé. Un joueur misant de manière
répétitive au centre du tapis au lieu de mi-chemin peut se voir infliger des
sanctions.
7.3. LA PAROLE ENGAGE LE JOUEUR.
Toute annonce verbale d’abandon, de parole, de suivi, d’ouverture ou de relance
engage son auteur et devient obligatoire. Le témoignage du croupier fait autorité
sur toute la table. Par contre en cas de désaccord sur ce qui s’est passé et en
l’absence de croupier, les témoignages pourront éventuellement être pris en
compte par les managers mais se sont surtout les actes (ou sont les cartes, ou
sont les jetons) qui seront déterminants.
7.4. LES PAROLES ET ACTIONS NON OFFICIELLES.
Il est de la responsabilité des joueurs eux-mêmes de rendre tous leurs actes
clairement compréhensibles par les autres. Toute action ou parole sortant du
stricte cadre des règles sera, de manière générale, considérée comme nulle.
Néanmoins tout joueur agissant ou parlant en dehors du stricte cadre des actions
officielles du poker prend le risque de voir les croupiers, ses adversaires et surtout
les managers en décision finale interpréter son acte ou ses paroles d’une manière
différente que celle qu’il avait prévu.
7.5. LES ACTIONS MAL COMPRISES.
Toute action mal interprétée par un croupier n’engage pas son auteur en cas
d’erreur reconnue du croupier. Toute erreur sur un comptage de la part du
croupier ou d’un joueur initial n’enlève en rien les responsabilités des joueurs
suivants. C’est aux joueurs suivants de vérifier l’exactitude des informations
données en amont et ils restent responsables de leurs actions. Rappel : si le
croupier ne reconnais pas son erreur car il estime l’action du joueur initial
ambiguë, son interprétation est confirmée de par la règle précédente. Toute
action mal interprétée sera maintenue telle que comprise si elle est suivie
d’actions substantielles (voir définition dans le chapitre « La donne ») avant que le
malentendu ne soit constaté et si les règles de mise et de relance sont respectées.
7.6. TAPER SUR LA TABLE.
A partir du flop, taper plusieurs fois sur la table avant toute enchère signifie
«parole» (ou «check»). Ce geste ne signifie pas l’acte de passer (ou «fold»).
Taper plusieurs fois la table ne signifie donc strictement rien après des blinds ou
des mises.
7.7. JOUER IN THE DARK.
Miser avant l’arrivée des cartes du board («in the dark») est autorisé sans aucune
limite quant au nombre de joueurs s’y risquant et au nombre de tours d’enchères
ainsi déclarés. En cas de désaccord sur ce qui a été annoncé : seules seront prises
en compte les annonces confirmées par le croupier. En cas de désaccord et en
l’absence de croupier, le manager tiendra compte (ou non) selon son libre
jugement des témoignages pour officialiser un nombre choisit d’annonces avant
l’arrivée du board.
7.8. LA MISE MINIMUM.
Toute mise d’ouverture avant ou après le flop doit être au moins égale au gros
blind en cours.
7.9. LA RELANCE CORRECTE.
Une relance doit être faite :
- Soit en misant sur le tapis le montant total et en une seule fois.
- Soit en annonçant clairement le montant total avant de la placer sur le tapis.
- Soit en annonçant clairement « relance » ou « raise » avant de procéder à l’un
des deux actes précités.
7.10. LE MONTANT TOTAL.
Seul le montant total doit être annoncé car en cas de litige toute somme
complémentaire annoncée sera traduite par la somme totale (ex : «plus 4000»
sera traduit par le manager en « total 4000 »). De même, une annonce de
montant abrégé du style « 5 » sera toujours interprété par le plus petit montant
possible (entre 500 et 5.000 par exemple, ce sera 500). Toute annonce répétitive
et incorrecte de montant pourra être sanctionnée. Par contre dans le cas où une
relance a été clairement annoncée oralement avant tout autre action, il est
possible de donner le montant en deux fois dans la mesure où le premier montant
correspond à l’égalisation de la mise précédente («relance : les 1500 … plus
4000»).
7.11. LA RELANCE MINIMUM.
Toute relance doit être au minimum égale au double de la mise précédente.
(Exemple : blinds 100/200 – Ouverture 500 – relance minimale 1000)
7.12. LE TAPIS PREFLOP INFERIEUR AU GROS BLIND.
Si un joueur n'a pas assez pour ouvrir à hauteur du gros blind avant le flop, il est
à tapis mais les autres joueurs sont tenus d'ouvrir du montant minimum égal au
gros blind (qui est considéré comme une mise) ou de relancer au moins du double
du gros blind.
Exemple: gros blind à 100, tapis à 30, suivit à 100, relance minimum à 200.
7.13. LE TAPIS PREFLOP INFERIEUR A LA RELANCE MINIMUM.
Si un joueur n’a pas assez pour relancer pré-flop du double du gros blind, il est à
tapis et les autres peuvent le suivre du montant de son tapis ou le relancer au
moins du montant du gros blind (puisque la valeur ajoutée est inférieure au gros
blind). Exemple: gros blind à 100, tapis à 130, suivit à 130, relance minimum à
230.
7.14. LE TAPIS POSTFLOP INFERIEUR AU GROS BLIND.
Après le flop, si un joueur n'a pas assez pour ouvrir à hauteur du gros blind, il est
à tapis et les autres peuvent le suivre du montant de son tapis ou le relancer au
moins du montant du gros blind (puisque la valeur ajoutée est inférieure au gros
blind). Exemple: gros blind à 100, tapis à 30, suivit à 30, relance minimum à 130.
7.15. LES MISES INSUFFISANTES AVEC ANNONCE VERBALE.
Si une mise insuffisante est faite par erreur mais avec une annonce verbale
officielle (par exemple « je suis » ou « je relance »), l’action annoncée sera
imposée au joueur.
Attention : il existe une jurisprudence («gross misunderstanding») qui permet au
directeur de tournoi d’autoriser dans de très rares cas un joueur à n’abandonner
que sa mise insuffisante si, de toute évidence, il n’avait pas compris un montant
très largement supérieur et l’éliminant directement du tournoi.
7.16. LES MISES INSUFFISANTES SANS ANNONCE VERBALE.
Si une mise insuffisante est faite par erreur mais sans annonce verbale officielle
(par exemple des jetons posés en silence ou un montant annoncé seul), les
conséquences dépendront du type de mise :
- Mise d’ouverture insuffisante («short-bet»): s’il s’agit d’une ouverture insuffisante,
le montant doit être aligné sur le gros blind (que nul n’est censé ignorer).
- Mise pour suivre insuffisante («short call»): les jetons déjà placés sur la table
devront y rester et le joueur aura seulement le choix entre compléter pour suivre
(call) ou passer (fold) en abandonnant ses jetons. Si seule une somme (donc
insuffisante) a été annoncée sans action: cette annonce est considérée comme
nulle et le joueur est prié de reformuler librement son choix.
- Relance insuffisante («short-raise»): le complément sera imposé au joueur s’il
avait atteint 50% du montant de la relance minimum. Dans le cas contraire, il
sera contraint de simplement suivre (call). Tenir compte avant cela des règles du
jeton unique et des jetons multiples (voir en fin de chapitre).
7.17. LES MISES INSUFFISANTES EN SERIES.
Une série d’erreurs de mises doit toujours être rectifié à partir de l’erreur initiale
sauf si les jetons ont été réunis au milieu (voir règles suivante) auquel cas l’erreur
est maintenue.
7.18. LE POT COMPLET.
Après la réunion des jetons à la fin du tour d’enchères et en cas de désaccord sur
l’origine d’une anomalie concernant le montant total, le pot est définitivement
considéré comme complet.
7.19. LE DROIT A LA SUR-RELANCE.
En cas de relance à tapis inférieure à la relance minimum : les joueurs placé
avant ayant déjà misé et dont la mise est concerné par cette relance insuffisante
ne peuvent plus eux-mêmes sur-relancer. Par contre, même placés avant, si leur
mise a été officiellement relancée, soit directement soit par le cumul de plusieurs
tapis, ils peuvent à nouveau eux-mêmes sur-relancer (exemple : A ouvre à 100, B
fait tapis à 170, C fait tapis à 210, D suit à 210, A peut sur-relancer). Les joueurs
placés après et n’ayant pas encore joué peuvent toujours sur-relancer.
7.20. UN JOUEUR OUBLIE SANS ACTIONS SUBSTANTIELLES.
Si un ou deux joueurs oublient un joueur les précédant et agissent donc avant
leur tour sans qu’il soit déclaré « d’actions substantielles » (voir définition dans le
chapitre «La donne»), leurs actions seront maintenues et ne pourront être
changées si la situation elle-même ne change pas entre temps (si le joueur oublié
passe, fait parole ou suit). Dans le cas contraire (le joueur oublié « change la
situation » en ouvrant ou en relançant) : les fautifs pourront changer d’avis et
seront libres des trois options (passer, suivre ou relancer). Les joueurs ayant
passé (fold) avant leur tour ne peuvent, eux, jamais revenir sur leur décision.
Attention : Abandonner (fold) alors qu’on peut faire parole (check) sera
sanctionné (selon l’appréciation du manager) car on ne peut volontairement aider
d’autres joueurs.
7.21. UN JOUEUR OUBLIE AVEC ACTION SUBSTANTIELLE.
Si des « actions substantielles » sont constatées après l’oubli d’un joueur les
précédents, les actions sont maintenues et le joueur oublié (fautif d’avoir réagi
trop tard) ne peut plus «changer la situation» qui s’est constituée avant sa
réaction (il ne peut que passer ou suivre les enchères déjà faites). Donc si une
ouverture ou une relance a été effectuée après lui mais avant sa réaction et qu’il
décide de rester dans le coup, il ne pourra que suivre cette enchère quand
reviendra son tour de jouer. Par contre, tout changement de situation (ouverture
ou relance) effectué après sa décision le libère totalement des trois options
(passer, suivre ou relancer).
7.22. DEUX ACTIONS SIMULTANEES.
Si deux joueurs agissent simultanément: ils sont considérés comme ayant joué
dans l’ordre et on vérifie simplement la cohérence de l’action du deuxième.
7.23. NE PAS JOUER A SON TOUR.
Tout joueur agissant hors de son tour de manière répétitive se verra infliger des
sanctions. Les annonces conditionnelles avant son tour (« Si tu … Je … ! »)
doivent aussi être découragée par des sanctions. De plus, ces annonces devront
être appliquées si la situation n’est pas changée : c'est-à-dire si la condition
annoncée (première partie de la phrase) est réalisée.
7.24. LE STRING-BET.
Une relance doit être claire : annoncée par la parole ou l’acte en une seule fois et
non pas en plusieurs étapes ou saccades (string bet) auquel cas seule la première
étape de la mise sera considérée. Les croupiers sont habilités à déclarer les
string-bets. Un joueur abusant du string bet peut se voir infliger des sanctions.
7.25. COMPTER LES JETONS.
Le seul cas où une demande de compter les jetons doit être accordé est celui
d’une mise : le joueur (ou le croupier si le joueur refuse) doit compter et
annoncer le montant total des jetons misés sur la demande d’un adversaire
encore en lice. En l’absence de croupier, le joueur ayant misé doit annoncer luimême
le montant des jetons poussés au milieu si cela lui est demandé. Dans tous
les autres cas (jetons restants devant un joueur, différence à rajouter pour suivre,
montant total du pot) aucune obligation n’est faite ni au joueurs ni aux croupiers
de compter quoi que ce soit. Miser «le pot» n’est donc pas une annonce valable en
no-limit puisque le pot n’est jamais compté.
7.26. LA REGLE DU JETON UNIQUE.
Miser un jeton unique d’une valeur supérieur sans aucune annonce après une
mise ou après les blinds signifie suivre (call). Après le flop, miser en ouverture (en
premier ou « first in ») un jeton unique d’une valeur supérieur au gros blind en
cours sans aucune annonce signifie une mise à la hauteur du jeton. Lors d’une
relance avec un jeton supérieur unique, le montant de la relance doit être
annoncé avant le contact du jeton avec le tapis. Si un jeton supérieur est misé
avec une annonce de relance mais sans montant : le montant sera celui du jeton
misé. La règle du jeton unique doit être appliquée même si le joueur en question
a déjà misé des jetons pendant ce même tour d’enchères (ses blinds ou ses mises
antérieures sont déjà sur la table).
7.27. LA REGLE DES JETONS MULTIPLES IDENTIQUES.
Miser plusieurs jetons identiques sans aucune annonce après une mise ou après
les blinds est un call si, en retirant un jeton quelconque, le total deviendrait
inférieur à une mise pour suivre (call). Exemple : suite à une mise d’ouverture de
1200, une mise sans annonce de deux jetons de 1000 est un call et non un short
raise (qui aurait sinon été complété à 2400 suivant la règle des 50% déjà vue plus
haut dans le cas de relance insuffisante). Dans tous les autres cas, une mise de
plusieurs jetons (identiques ou pas) est une mise à hauteur de la valeur total des
jetons. La règle des jetons multiples doit être appliquée même si le joueur en
question a déjà misé des jetons pendant ce même tour d’enchères (ses blinds ou
ses mises antérieures sont déjà sur la table).
8. L’ABATTAGE (ou SHOWDOWN) :
8.1. LA REGLE DU SHOW ONE SHOW ALL.
Un jeu gagnant par abandon (donc avant l’abattage), s’il est montré à une
personne, doit l’être à tous.
8.2. MONTRER UNE SEULE CARTE.
Un joueur gagnant par abandon (donc avant l’abattage) peut ne montrer qu’une
seule carte.
8.3. L’ORDRE D’ABATTAGE DES MAINS.
Un joueur prétendant gagner à l’abattage doit montrer sa main. C’est au dernier
relanceur du dernier tour d’enchères (ou au premier de parole s’il n’y a pas eu de
mise au dernier tour) d’exposer d’abord son jeu, puis ceux qui prétendent le
battre dans le sens des aiguilles d’une montre. Il est cependant de bon ton de
montrer rapidement un jeu fortement susceptible de gagner.
8.4. LES MAINS A TAPIS.
Quand plus aucune mise ne peut être effectuée avant la fin d’un coup parce que
tous les joueurs (ou tous sauf un) sont à tapis : toutes les cartes des joueurs
encore dans le coup sont obligatoirement et immédiatement révélées et ne
peuvent en aucun cas être jetées faces cachées. Les cartes restantes du board
sont alors révélées et le gagnant est désigné.
8.5. LE DROIT DE CACHER UNE MAIN PERDANTE.
Les joueurs renonçant à gagner et n’ayant pas encore montré leur main peuvent
la jeter faces cachées (sauf dans le cas des joueurs à tapis). Cet acte n’est pas
une action de passer (fold) car cela n’existe pas à l’abattage mais bien un simple
droit de jeter sa main (muck) qui ne prendra effet que lorsque la main sera
effectivement mélangée aux autres cartes jetées par le croupier ou le donneur.
Cet acte peut-être interrompu par une demande exceptionnelle à voir les cartes
(voir plus loin).
8.6. LE DROIT DE CACHER UNE MAIN GAGNANTE.
Dans le cas d’un abattage ou tous les joueurs sauf un renoncent à gagner en
jetant leurs cartes faces cachées, le dernier joueur gagne le pot comme
possesseur de la dernière main vivante et n’est pas obligé de la montrer. Cet acte
peut-être interrompu par une demande exceptionnelle à voir les cartes (voir plus
loin).
8.7. LE DROIT DE VOIR LES CARTES A L’ABATTAGE.
N’importe quel joueur à la table peut exiger de voir exceptionnellement les mains
non dévoilées qui étaient présentes à l’abattage. Néanmoins ce droit n’a pour seul
but que de combattre la collusion et il ne pourra en aucun cas être utilisé ni en
tête à tête ni de manière continuelle. Ce droit n’est habituellement accordé par les
managers qu’une seule fois par personne et par tournoi.
8.8. LES MALENTENDUS A L’ABATTAGE.
Les cartes parlent : elles déterminent le vainqueur si des annonces incorrectes de
mains ont été faites. Une mauvaise annonce de main jugée volontaire ou
répétitive par l’arbitrage sera sanctionnée. Une main jetée faces cachées pendant
l’abattage peut être récupérée par son propriétaire (puisqu’il ne s’agit pas d’une
main passée, voir plus haut) si elle est jugée discernable et sous le contrôle du
directeur de tournoi. Une main jetée faces cachées pendant l’abattage et qui se
retourne, soit accidentellement, soit par l’intervention du gagnant en cours, est
vivante. Une main jetée faces cachées pendant l’abattage et retournée soit par le
croupier, soit par un quelconque joueur autre que le gagnant en cours, soit sur
une demande de ces mêmes joueurs, est morte. Toute main non clairement
discernable est morte, même dans le cas d’une mauvaise annonce adverse.
Rappel : c’est aux joueurs de protéger leurs mains jusqu’à ce que le vainqueur
soit clairement établi.
8.9. LA MAIN GAGNANTE A L’ABATTAGE.
La main gagnante montrée par le vainqueur à l’abattage doit l’être entièrement
(les deux cartes) et à tous.
8.10. PROTEGER LA MAIN GAGNANTE.
La main gagnante doit absolument être protégée et mise à l’écart par le croupier
ou le donneur et ceci même sur abandon des adversaires. Ceci afin de
systématiquement ramasser les mains perdantes et d’être sûr d’attribuer les
jetons à la dernière main vivante avant de la ramasser elle-même et de la
mélanger au paquet.
8.11. LA MAIN GAGNANTE TUEE.
Une main gagnante étalée ne peut être accidentellement tuée par un croupier : le
vainqueur se verra remettre ses gains.
8.12. LE VAINQUEUR INDEFINI.
Si un pot est attribué prématurément à un joueur sur une faute du donneur ou
d’un joueur hors du coup et que cette faute a provoqué une situation ou le
véritable vainqueur ne peut être défini : le pot sera partagé entre les derniers
joueurs en lice.
8.13. LE JETON SUPPLEMENTAIRE.
En cas de partage, les jetons indivisibles sont donnés aux premiers joueurs à
gauche du bouton (ou du donneur).
8.14. LES PARTAGES MULTIPLES.
Les pots multiples sont partagés un par un en cas de partages multiples et cela en
commençant par les pots extérieurs.
8.15. LES JOUEURS SORTANTS.
Un joueur éliminé est annoncé par le croupier et doit quitter la table. En l’absence
de croupier il doit s’annoncer aux responsables. Seuls les joueurs encore en lice
peuvent être assis à une table de tournoi.
8.16. DEUX SORTANTS SIMULTANES.
Si deux joueurs sont éliminés en même temps, celui ayant possédé le plus gros
tapis au début du coup sera le mieux classé. Si les deux joueurs possédaient le
même tapis, ils sont définitivement ex-æquo.
8.17. ANNONCER LES ERREURS.
Les joueurs (même hors du coup) sont encouragés à signaler et aider à rectifier
toute erreur faite lors de l’attribution finale des pots.
9. L’EFFET RETROACTIF :
9.1. LA FIN D’UNE MAIN.
Aucune décision ne peut avoir d’effet rétroactif sur un coup précédant quand le
suivant est commencé. Il faut donc intervenir de suite. Rappel: avec croupiers le
coup suivant commence au mélange des cartes et sans croupier le coup suivant
commence au moment de l’attribution du pot.
9.2. LA FIN D’UN TOUR D’ENCHERES.
Rappel : lors d’un tour d’enchère, le pot est considéré comme complet lorsque
toutes les mises ont été réunies au centre de la table. Aucun recours n’est
possible.
9.3. LES JOUEURS ASSIS A LA MAUVAISE PLACE.
Dans le cas simple d’un ou plusieurs joueurs assis depuis le départ aux mauvaises
places : ils doivent conserver les jetons qu’ils ont utilisé, qu’ils soient déplacés ou
non. Le cas d’un joueur utilisant par inattention les jetons appartenant à
quelqu’un d’autre doit être traité par le bon sens du manager. Ce dernier doit
rétablir au mieux la situation, en protégeant autant que possible les intérêts du
réel propriétaire des jetons et en se fiant éventuellement au témoignage du
croupier. Pour ce faire, aucun jeton supplémentaire ne peut-être rajouté au
tournoi et seuls peuvent être utilisés les jetons du joueur fautif, même s’ils se
trouvent à une autre table.
10. LE CHIP RACE :
10.1. LA PLACE N°1.
Le chip race est effectué en commençant par la place n°1 (premier joueur à
gauche du croupier) et ceci quelle que soit la position du bouton.
Sans croupier et en l’absence de numéro sur la table, il est effectué en
commençant par le premier joueur à gauche du bouton (le bouton ayant été
positionné pour la reprise après le chip race). Il est alors distribué aux joueurs
une carte par jeton supplémentaire.
10.2. LA DISTRIBUTION DES CARTES.
Les cartes sont distribuées découvertes et en bloc joueur par joueur : un joueur
avec 3 jetons supplémentaires recevra par exemple ses 3 cartes en même temps.
10.3. LE NOMBRE DE JETONS SUPERIEURS.
Le nombre total des jetons supérieurs qui seront distribués est calculé sur
l’ensemble des jetons inférieurs restant sur la table, arrondi au-dessus.
10.4. LA HIERARCHIE DES CARTES.
Les meilleures cartes recevront un jeton supérieur. En cas d’égalité l’ordre
hiérarchique est le suivant: Pique, Cœur, Carreau, Trèfle.
10.5. UN JETON SUPERIEUR AU MAXIMUM.
Aucun joueur ne peut recevoir plus d’un jeton supérieur, même s’il a les deux plus
fortes cartes ou mieux.
10.6. ON NE PEUT ETRE ELIMINE PAR UN CHIP RACE.
Un joueur ne peut pas être éliminé d’un tournoi par le chip race. S’il ne lui reste
que quelques jetons, le joueur participe au chip race normalement mais reçoit
automatiquement l’un des jetons redistribués aux joueurs et ceci quelque soient
les cartes qu’il reçoit pendant l’opération.
10.7. LES JETONS INFERIEURS TARDIFS. Si des jetons de l’ancienne plus petite valeur
(qui ont déjà été retirés) sont retrouvés après le chip race, ils ne peuvent plus
être convertis et sont donc retirés du tournoi.
11. SUR LA TABLE :
11.1. LES CARTES VISIBLES.
Les cartes doivent rester au-dessus du niveau de la table et être visibles. Toute
conséquence sur le jeu sera arbitrée au détriment du joueur fautif si les cartes
étaient à l’extérieur du bord de la table ou si elles étaient invisibles pour le
croupier ou le donneur. Rappels : les autres joueurs sont, eux, tenus de se
rappeler des personnes encore présentes dans la main.
11.2. LES JETONS VISIBLES.
Les jetons doivent rester sur la table, même pendant les breaks. Tout jeton posé
sur la table et provenant de l’extérieur (ou de la poche) sans l’autorisation des
managers est retiré du tournoi. Le joueur responsable sera sanctionné sans
avertissement et selon un degré choisi par les managers. Pendant les
déplacements officiels de table à table, cette règle de visibilité reste valable.
11.3. LES JETONS LISIBLES.
Les jetons peuvent être rangés librement mais de manière à ce que tous les
adversaires puissent en deviner le montant approximatif (pas de jetons cachés, ni
de tas en vrac, ni de piles aux couleurs dans le désordre). On ne peut utiliser de
rack que lors des déplacements.
11.4. LES OBJETS DIVERS.
Le directeur de tournoi et l’ensemble de son personnel restent libres d’estimer la
gêne que peuvent occasionner (ou pas) les objets, nourritures et autres boissons
posés sur la table et d’en demander le retrait.
12. L’ETHIQUE :
12.1. LE RESPECT.
Aucune remarque négative ne doit être faite sur la manière de jouer d’un
adversaire de manière inutile, répétitive ou jugée excessive par l’arbitrage :
sanction.
12.2. SE TAIRE HORS DU COUP.
Un joueur hors du coup ou un spectateur ne peuvent émettre strictement aucune
remarque pouvant influencer le jeu en cours : sanction.
12.3. LE RABBIT HUNTING.
Si un coup se termine avant la fin, il est interdit de regarder les cartes qui
seraient arrivées au tableau (le « rabbit-hunting ») : sanction.
12.4. GENER LE TOURNOI.
Toute attitude excessive pouvant gêner le confort des autres participants peut
donner lieu à des sanctions sur le libre jugement des managers (gestes, bruits,
paroles, tenues, objets, attitudes etc.…).
12.5. LA LANGUE UTILISEE.
Les deux seules langues officiellement autorisées sont la langue du pays où se
situe le tournoi et l’anglais.
12.6. COMMUNIQUER AVEC UN APPAREIL.
Concernant les communications audio (comme répondre oralement au téléphone)
le joueur est tenu de s’éloigner de la table pour ne pas déranger le cours du jeu.
Rappel : est morte la main joueur ayant répondu au téléphone ou ayant
communiqué pendant le coup par l’intermédiaire d’un appareil quelconque.
12.7. SOUS JOUER OU PASSER DES JETONS.
Le poker est un jeu individuel. Sous-jouer pour favoriser un autre joueur ou
donner directement des jetons sera sanctionné sans avertissement. La seule
sanction automatique concerne le fait de ne pas relancer la main maximum
(même si elle peut être égalisée) en position de dernier de parole et lors du
dernier tour d’enchères. Le niveau de sanction sera à la discrétion du directeur de
tournoi.
12.8. DEVOILER UNE MAIN PASSEE.
Une main montrée a une personne avant d’être jetée (fold) doit l’être à tous («
show one – show all ») mais en vérifiant qu’aucun des joueurs encore en lice ne
soit avantagé par cette révélation pendant un tour d’enchères. En général la main
sera dévoilée après le tour d’enchère. Si la main a été montrée à un joueur
n’ayant pas encore misé, le coupable sera sanctionné, la main sera dévoilée à
tous et les mises du tour d’enchères en cour seront rejouées.
13. LES SANCTIONS :
13.1. LA HIERARCHIE DES SANCTIONS.
Si une même faute se répète avec le même joueur, les sanctions suivantes
pourront être prises dans l’ordre chronologique :
- Avertissement (warning) avec suspension d’une main.
- Suspension momentanée du tournoi pendant 1, 2,3 ou 4 tours de table. Le joueur
doit s’éloigner de la table et les blinds lui sont prélevés. Les cartes lui sont
distribuées et sont automatiquement déclarées mortes sans que personne ne
puisse les voir.
- Disqualification définitive du tournoi. Les jetons du joueur sont alors retirés.
Le directeur du tournoi est seul habilité à juger du caractère volontaire ou non de
la répétition des fautes. En fonction de la gravité de la faute, le Directeur de
Tournoi peut directement suspendre un joueur ou le disqualifier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Règles Générales des tournois de la Ligue Française de Poker
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» A par Nach Frankreich...
» Livre d'Armée O&G des Terres du Sud
» Règles Générales sur le RP
» Règles générales du BloodBowl et feuille d'équipe vierge
» [Règles générales]

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Champagne Poker Club :: Nouveaux arrivants :: Règlement intérieur et informations importantes a savoir-
Répondre au sujetSauter vers: